Gagnez 10 € de crédit Campspace ! En savoir plus
Checklist : matériel pour partir en camping

Checklist : matériel pour partir en camping

Vous ne savez pas quel matériel emmener en camping en tente ? Elisabeth vous montre sa checklist et partage des informations utiles sur le matériel de camping.

Checklist : matériel pour partir en camping

Les amateurs de camping en conviendront : on profite pleinement de la nature en faisant du camping. Pas étonnant, car on est dehors du matin jusqu’au ce soir pour profiter de tout ce qui nous entoure. Il est facile de profiter de la nature à intervalles très courts. Mais lorsqu’on prévoit de passer la nuit dehors, il est crucial d’avoir le bon équipement avec soi si l’on souhaite prolonger les bons moments… Non seulement pour être sûr de camper confortablement, mais aussi pour se protéger des intempéries. Selon un dicton scandinave : il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements. Il en va de même pour le matériel de camping. Je m’appelle Elisabeth, je suis passionnée d’outdoor, photographe et voyageuse en herbe, et je travaille chez Campspace. Dans cet article, je vous partagerai une checklist pour le matériel pour partir en camping. Je donnerai des informations plus détaillées sur certains produits et je vous présenterai ma propre liste de bagages.

What to bring when camping in a tent?

Sac de couchage

Certains des éléments de la liste nécessitent peut-être un peu plus d’explications. Exemple : quel type de sac de couchage doit-on emmener lorsqu’on part en camping ? Comme pour presque tout le matériel pour partir en camping : les matériaux déterminent la qualité d’un sac de couchage. Le duvet est souvent plus léger, plus chaud et moins volumineux quand il est emballé. Tandis que le coton est beaucoup plus frais, plus gros et plus lourd. Les matières synthétiques peuvent être soit l’un soit l’autre, et on peut dire qu’elles se situent entre les deux.

Lors d’un achat de sac de couchage, il faut prendre en compte trois éléments principaux : le volume d’emballage, le poids et la température de confort. Ceux-ci doivent correspondre à vos besoins et préférences. Et parfois, cela implique faire un petit compromis sur l’un ou l’autre. Si on aime faire du camping en automne/hiver ou camper dans les montagnes (où il fait généralement plus froid), il faudrait opter pour un sac de couchage avec une plus haute température de confort. Et les sacs de couchage en duvet correspondent à cette description. Il faudra alors dépenser plus car le duvet est un matériau plus onéreux. Il faut comprendre que rester au chaud pendant son sommeil est primordial pour se reposer suffisamment. Sinon, impossible de profiter pleinement pendant la journée à cause de l’épuisement.

C’est un investissement, mais lorsqu’on achète l’équipement adéquat, on apprécie davantage le voyage et on peut repartir avec une prochaine fois. En effet, même le sac de couchage le plus chaud ne pourra pas nous garder au chaud si on est allongé sur un sol glacial. Choisir le bon matelas est donc tout aussi important que d’investir dans un bon sac de couchage.

What to bring when camping in a tent

Matelas

Il ne suffit pas que d’avoir un bon sac de couchage quand on part camper dans une tente. Le volume et le poids de l’emballage sont très importants lors du choix d’un matelas, tout comme pour un sac de couchage. Une autre chose à considérer est le niveau d’isolation et du matériau. Plus le volume d’emballage est petit, plus le matériau sera fin et fragile. Lorsque l’on choisit un matériau plus fin, on doit tenir compte de l’endroit où l’on pose le matelas, car le terrain sera moins indulgent.

Les matelas pneumatiques ont souvent un plus petit volume d’emballage, et ils seront aussi le choix le plus léger. Les risques d’y faire un trou sont cependant plus grands et le niveau d’isolation (chaleur) est plutôt faible. Les matelas en mousse sont un peu plus résistants et robustes, mais chaque matériau et matelas a ses avantages et ses inconvénients. Un matelas en mousse aura un niveau d’isolation plus élevé, ce qui est idéal pour camper dans des régions plus froides, mais ces matelas sont plus difficiles à dégonfler et à rouler.

Une autre chose à considérer est la position dans laquelle on dort. Si vous êtes quelqu’un qui aime dormir sur le côté, il y a alors un point de poids concentré sur la hanche. Beaucoup de matelas en mousse sont légers ou pas épais et ne peuvent pas vous offrir le soutien dont vous avez besoin. Dans ce cas, un matelas en mousse avec un plus grand volume d’emballage ou un matelas pneumatique pourraient alors être la solution. Pour ceux qui dorment sur le ventre ou sur le dos, ça sera plus facile car le poids est mieux réparti. Veillez à demander conseil en magasin et voir si vous pouvez essayer les matelas. Ainsi, vous aurez une meilleure idée de ce qui vous convient.

Tente

Lorsque l’on planifie quoi emmener quand on part camper dans une tente, la tente elle-même est évidemment très importante. L’achat d’une tente est un lourd investissement, il faut donc bien y réfléchir. Quand une tente correspond à nos besoins et souhaits, on apprécie le camping encore plus, ce qui nous incitera à nous en servir davantage. Acheter une tente en magasin peut être décourageant. Sur quoi se concentrer quand on achète une tente ? Voici quelques informations qui peuvent aider à décider quelle tente sera la meilleure.

Poids et volume

Votre tente doit-elle tenir dans votre sac à dos, sur votre vélo ou doit-elle seulement rentrer dans votre voiture ? Personnellement, je préfère une tente légère. Cela dit, les tentes légères sont généralement un peu moins robustes et ne sont pas très bien adaptées pour rester au soleil ou sous la pluie pendant plusieurs jours d’affilée. Le matériau pourrait se détériorer à cause des UV et de la pluie, ce qui entraînera également une détérioration de l’étanchéité. Quand on part en camping et qu’on préfère rester au même endroit pendant quelques jours de suite (au lieu de faire des treks, de la randonnée ou du vélo), une tente plus lourde et plus résistante aux UV est la meilleure option. A titre d’exemple, le coton est une matière qui résiste bien mieux aux UV et à la pluie. Cela prouve que le poids et le volume ne sont pas que des chiffres qui se suffisent à eux-mêmes : les matériaux influencent qui influencent ces facteurs sont tout aussi importants.

Étanchéité

Il y a beaucoup d’idées reçues sur les matériaux imperméables. Lorsque l’étiquette d’un produit mentionne « waterproof » ou « 100% étanche », cela ne signifie pas forcément qu’il n’existe pas de limite. Une tente totalement étanche ne fournirait pas une aération suffisante, ce qui la rendrait très chaude et moite, sans compter qu’il serait impossible de respirer correctement. Une tente ou un vêtement « étanche » signifie que la couche extérieure du produit a été traitée avec une matière ou un enduit imperméable. On mesure de différentes manières ce qu’est ce traitement et ce que ses caractéristiques impliquent. Ici, je me concentre sur la colonne d’eau en millimètres. La colonne d’eau nous indique la pression d’eau que le matériau peut supporter. Pour mettre cette donnée en perspective : il existe des tentes avec colonne d’eau de 800mm (plutôt basse) jusqu’à 10 000mm (très haute), avec beaucoup d’options intermédiaires et même certaines avec un nombre plus élevé.

Plus le nombre est élevé, plus le matériau empêchera la pluie d’entrer et plus longtemps la tente pourra résister à des pluies intenses. Idem pour les vêtements imperméables. Seulement, les colonnes d’eau des vêtements imperméables sont souvent un peu plus hautes (environ entre 5 000 et 30 000mm). En raison de la façon dont nous utilisons les vêtements, la colonne d’eau initiale doit être plus élevée car le matériau se plie beaucoup plus et se détériorera et s’usera plus rapidement à cause de sa grande utilisation.

L’étanchéité en pratique

La colonne d’eau que l’on obtient avec une toute nouvelle tente ne durera pas éternellement. Comme mentionné ci-dessus, les UV, la pollution de l’air et l’utilisation générale détériorent le revêtement et la matière imperméable qui déterminent la colonne d’eau. Les tentes légères ont généralement une colonne d’eau plus basse (1 500 – 2 000mm). L’idée, c’est qu’on utilise une tente légère principalement en randonnée. Cela signifie que l’on ne la laisse pas au soleil ou sous la pluie pendant des jours. Une colonne d’eau plutôt basse devrait donc être suffisante pour ce type d’utilisation. Si l’on décide de l’utiliser différemment, en la laissant à l’air libre plus longtemps, elle se détériorera et la colonne d’eau baissera beaucoup. Par la suite, la tente pourrait ne plus protéger suffisamment contre la pluie.

L’installation de la tente a elle aussi un impact important sur l’étanchéité. Si le tissu de la tente se plie quelque part ou s’il n’est pas bien tendu, la colonne d’eau ne fonctionnera pas aussi bien. Il faut vérifier la tente, en s’assurant que l’eau ne pèse pas sur celle-ci en s’accumulant sur le tissu. Si l’eau ne fait que tomber au même endroit, la pression sera trop élevée et le matériau ne tiendra pas. Pour faire simple, l’eau ne peut aller nulle part ailleurs, elle est donc obligée de s’infiltrer dans le tissu imperméable.

Soyons réalistes : il y a peu de chance que votre tente fasse des miracles. Demandez conseil à quelqu’un dans un magasin, car cette personne saura de quoi elle parle. Et essayez de trouver des aubaines ou des offres sur les tentes. Peut-être même acheter une tente de seconde main qui n’a pas beaucoup servi ? Dès que vous aurez acheté votre propre tente, partir camper reviendra tout de suite moins cher que lorsque vous devez louer une tente ou une cabane, ou réserver un hôtel. L’argent que vous aurez investi dans votre tente sera alors très vite rentabilisé.

Ne laisser aucune trace

Dans la checklist du matériel pour partir en camping, on y voit apparaître : produits de toilette et détergents biodégradables. J’ai une question pour mes lecteurs : vous êtes-vous déjà brossé les dents juste devant votre tente, puis avez craché le dentifrice par terre et l’avez dispersé avec un peu d’eau ? Vous n’êtes certainement pas les seul(e)s. Beaucoup ne réalisent pas que le dentifrice n’est pas un produit naturel et qu’il est plein de produits chimiques, ce qui nuit à l’environnement lorsqu’il est répandu dans la nature.

Heureusement, on peut éviter de polluer l’environnement, et ce en utilisant des produits biodégradables. Aujourd’hui, on trouve facilement des gels douche, des shampoings, du dentifrice, du savon à vaisselle et de la lessive sous forme biodégradable. Par exemple, Sea to Summit produit des produits sous le nom de Wilderness Wash (« lavage sauvage »). Ils ont également de nombreuses autres options pour des utilisations plus spécifiques. La marque Seepje fabrique également des blocs de savon que l’on peut utiliser pour faire sa lessive tout en étant sur les routes. Essayons d’être conscient des produits que nous utilisons et de ce que l’on laisse derrière nous quand on quitte notre emplacement. Essayons de ne laisser aucune trace.

Assurons-nous de laisser notre Campspace ou tout lieu où l’on campe propre et exactement comme on l’a trouvé. Les Campspace sont des trésors de la nature et nous nous devons de les garder ainsi. Il est important de toujours apporter un sac poubelle, afin de pouvoir ramasser les déchets et les mettre ensuite dans une poubelle, sans laisser de traces. Ou comme on dit : ne laissez aucun déchet, seulement des traces de pas !

Mon propre matériel de camping

Maintenant que nous avons couvert ce qu’il faut apporter pour camper dans une tente, comme promis, voici certains de mes articles préférés que j’emporte toujours avec moi à chaque voyage :

Cet article vous a aidé à savoir quel matériel emmener quand on part en camping dans une tente ? Il manque peut-être des éléments dans ma checklist. Laissez-moi savoir si vous avez des objets supplémentaires à ajouter !

Trouvez votre séjour durable

Jusqu'à 95% de réduction de CO2 quand vous réservez un séjour avec Campspace En savoir plus